Conservateurs alimentaires : faut-il s’en méfier ?

épices

Tout récemment encore, la conservation des aliments consistait à les faire sécher, bouillir, ou fumer. La méthode sous vide a logiquement suivi, augmentant les possibilités d’augmenter leur durée de vie. La vulgarisation des conservateurs aide aujourd’hui à étendre cette durée de vie à plusieurs mois, voire plusieurs années. Souvent sujets à polémique, les conservateurs alimentaires restent pourtant des indispensables pour s’assurer de la viabilité d’un produit. Faut-il s’en méfier, ou peut-on en consommer régulièrement ?

Quel est le rôle du conservateur alimentaire ?

Comme son nom l’indique, c’est un type de produit utilisé pour prolonger la conservation d’un aliment. L’ajout de la substance bloque la formation de bactéries, mais également de levures et autres moisissures. La prolifération de micro-organismes pouvant altérer la durée de vie des aliments est retardée. Son action permet donc de sécuriser les denrées, en limitant les risques que ces microbes peuvent avoir sur la santé. On peut affirmer que les conservateurs alimentaires contribuent à préserver notre système digestif des agents pathogènes.

L’additif se retrouve principalement dans les produits riches en eau. Ces derniers sont les plus sensibles aux germes, et nécessitent donc une quantité plus ou moins élevée de conservateurs. Il en est de même pour les graines qui se conservent parfaitement dans un environnement sain, sec et à l’abri de la lumière. Malgré une belle résistance à certaines conditions de stockage, les graines ne sont pas immunisées contre les agents pathogènes. L’usage de conservateur permet d’optimiser leur durée de vie, et de les étendre à plusieurs années.

Peut-on en consommer sans risques ?

Comme tout additif alimentaire, il n’est pas recommandé de consommer une grande quantité de produits contenant des conservateurs. Ce type d’additif ne peut entrer sur le territoire européen sans avoir été soumis à une stricte régulation. Les risques sont donc théoriquement nuls… à condition de ne pas dépasser un certain taux de conservateurs sur l’ensemble de l’alimentation. La dose journalière admissible et la dose sans effet sont toutes les deux prises en compte pour déterminer la quantité d’additifs que le système digestif peut assimiler.

Certaines formes de conservateurs restent cependant sensibles, et déclencher des formes d’allergies. C’est le cas des sulfites, qui ont la réputation de développer certains types d’intolérance. S’ils ne sont, à proprement parler, pas toxiques, ils augmentent les probabilités de développer l’asthme. Dans certains cas, ils peuvent aussi déclencher et/ou aggraver les crises relatives à cette maladie. Les sulfites, qui se trouvent généralement dans le vin, se sont aussi fait connaitre pour générer des maux de tête. Les formes d’allergie à ce produit sont variées, et incitent à bien lire la composition des aliments avant consommation.

D’autres conservateurs semblent plus dangereux encore, car ils sont soupçonnés de favoriser les troubles du comportement chez les enfants. Ces derniers sont aussi exposés à une forme plus ou moins grave d’hyperactivité que l’on doit à ces additifs. La liste de produits à surveiller est cependant mise à jour régulièrement. Il convient ainsi de rester prudent face à la prolifération de 

Conservateurs alimentaires : faut-il s’en méfier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut